Les Accords Toltéques #Pauses lettrées 2


miguel-ruiz-tolteque

On se dit en « quête de bonheur, developpement de soi avec douceur et bienveillance, chemins initiatiques et spirituels » ? Soit. Du coup, on est obligé de sortir l’artillerie lourde. Celle qui fait fureur dans le monde entier depuis sa sortie : 4 millions d’exemplaires vendus… La Loutre se devait d’en faire partie, au moins par curiosité. Les accords Toltéques, 4 promesses à soi même.

Il a fait grand bruit le chaman mexicain !

Publié en 1997 sous le titre original The Four Agreements aux States, le succès du chaman mexicain Miguel Ruiz fut immédiat ! Devenue aujourd’hui marque deposée, l’ouvrage a vite trouvé ses aficionados, inspirant notamment le romancier Bernard Werber (et lui, on l’aime grave!) et nombre de thérapeutes français. On tape tout de même plus de 100 000 exemplaires vendus en France à ce jour ! Un peu comme si toute la ville de Nancy ou Caen avait acheté son livre ! Ou Nouméa, plus exotique 😉

L’auteur Miguel Ruiz, né d’une famille de guérisseurs au Mexique, devient tout d’abord neurochirurgien. Dans les années 70′, une « expérience de mort imminente » transforme sa vie et le pousse à retrouver le savoir de ses ancêtres toltèques. Il en devient chaman et transmet cette sagesse autant que possible à travers l’enseignement et l’écriture. Il décédera en 2002, passant le relais à son fils, José Luis Ruiz.

4accordstolteques-labelloutre

Les dits accords

Attention, on spoile sévére !

Miguel Ruiz nous propose de passer avec nous même quatre accords dans le but de briser nos croyances limitatives, celles de notre enfance, de notre société, nos cultures, de nos mondes et qui nous maintiennent dans une forme de souffrance : « Je dois être gentil », « Je dois réussir », nos schémas éducatifs cumulés à nos croyances personnelles et nos « devoirs » nous ont fait intégrer une image fausse de nous-même, du monde.

« Elles reprennent les principes de la thérapie cognitive, qui démontrent à quel point le manque de distance ou la généralisation abusive sont des pièges », remarque le psychiatre François Thioly.

« Que votre parole soit impeccable »
« Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez. N’utilisez pas la parole contre vous ni pour médire d’autrui. » Le chaman nous rappelle le pouvoir de la parole sur notre psychisme et sur ce que nous sommes. La parole est un outil qui peut détruire autant qu’il peut construire. Les mots ont du poids : ils agissent sur la réalité. Il s’agit ici d’avoir conscience de ses mots, conscience de leur impact sur autrui, aussi négatifs que positifs. Dites à un enfant qu’il est enrobé et il se sentira gros toute sa vie. Au même titre, dites à un enfant qu’il est créatif et doué, il prendra le relais pour le devenir ou le rester !
Savoir ce qu’on dit et pourquoi on le dit, sans « deverser du mal ». Nos mots sont le reflets de ce que nous sommes.
Le premier accord : Etre en paix avec nous à travers notre parole.
« N’en faites jamais une affaire personnelle »
« Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles. »Les paroles et les actes de l’autre ne nous concernent pas, « Ils lui appartiennent, parce qu’ils sont l’expression de ses propres croyances. » (Olivier Perrot).  « Vous êtes critiqué ? Ou encensé ?  C’est l’image que l’autre se fait de vous. Ce n’est pas vous. » Selon Miguel Ruiz, nous devons sortir de cet égocentrisme, ce « Moi je » qui nous maintient dans l’illusion que tout ce qui arrive est une conséquence de notre attitude.Il s’agit de laisser à l’autre la responsabilité de sa parole ou de ses actes. Une personne nous parle mal, ce n’est pas à nous d’en porter la responsabilité. En quoi ce serait nécéssairement de ma faute ?
« Ne faites aucune supposition »
Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames.
« C’est un travers banal. Nous supposons, nous élaborons des hypothèses et nous finissons par y croire. » Parce qu’un ami n’a pas répondu à un texto, on imagine qu’il nous en veut ou qu’il ne se soucie guére de nous !  Selon Miguel Ruiz, c’est un « poison émotionnel ».  « ça sert à rien que je lui demande, il voudra jamais« . Qu’est ce qu’on en sait ?! Nous ne sommes pas l’autre.
Cela implique cependant d’apprendre à écouter et d’être capable d’entendre. Prendre conscience que nos suppositions sont nos propres créations. et qu’une hypothèse devient une croyance

« Faites toujours de votre mieux »
Votre “mieux” change d’instant en instant. Quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger.
Le principe est simple : si vous en faites trop, vous perdez de l’energie et agissez contre vous.Si vous n’en faites pas assez, vous vous exposez à la frustration et regret. Point important ; le mieux n’est pas le même chaque jour ! Il dépend de soi. Parfois, faire le mieux, comme dit le chaman, c’est rester dans son lit ! Eviter le piège de la perfection et du devoir. Transformer le « je dois » en « je peux ».

Des accords que l’on se fait à soi même, en douceur, avec indulgence. Ce n’est pas rien de changer sa vision du monde, de soi, des autres ! Il nous rassure et nous indique de prendre notre temps… et de faire de notre mieux !

Pourquoi le lire ?

C’est une lecture qui fait du bien tout d’abord ! Parce qu’elle nous parle, parce que les mots sont simples et accessibles pour des néophytes du développement personnel.
Parce que ça nous parle de nous, de lâcher prise, de prendre confiance, de vivre sereinement et pleinement. De vivre pour soi et de ne prendre que le positif de l’autre. De porter un regard bienveillant et indulgent sur soi même et sur les autres. De nous rappeler que nous ne sommes pas des machines, que nous ne sommes pas liés inexorablement à nos schémas culturels et sociétales, à des paroles blessantes et destructrices. Nous sommes responsables de notre bonheur et de ce qu’on vit.
Et ce chaman nous indique la voie…
C’est beau, c’est beau j’vous l’dis !

Les Accords Toltéques #Pauses lettrées 2

4 mots sur “Les Accords Toltéques #Pauses lettrées 2

  • 12 octobre 2017 à 20 h 26 min

    Très bel article. Il est porteur d’espoir et de bienveillance. Merci pour le partage jolie loutre citoyenne du monde…

    Répondre
    • 13 octobre 2017 à 13 h 04 min

      Merci à toi Valerie ! Il est leger et accessible et surtout inspirant pour être tous de doux « citoyens du monde » comme c’est si joliment dit !

      Répondre
  • 13 octobre 2017 à 10 h 23 min

    Merci de me rappeler ce livre que j ai lu il y a qques années. Envie de le ressortir un rafraîchissement une petite piqûre de rappel cela ne fait pas de mal

    Répondre
    • 13 octobre 2017 à 13 h 11 min

      De rien la Bedu ! Oui, même si on connaît ces fondamentaux pour être bien, ça permet de les « réintégrer » quand le quotidien nous les fait de temps en temps oublié.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *